Publié dans Ordro Maniaque

L’Avent du Désencombrement

Hello à vous, amis maniaques !

Vous qui suivez assidûment mon blog, vous savez que je me qualifie de Maman Ecureuil. J’ai en effet la fâcheuse tendance à vouloir tout garder. Heureusement (ou malheureusement), mon grenier s’y prête bien.


Néanmoins, après toutes ces lectures et parcours de blogs de collègues pros du rangement, je me suis dit : pourquoi ne pas faire un chti plongeon dans le monde du minimalisme? Sans surprise, Papa Maniaque était ravi de cet élan nouveau.

Ainsi, vous n’êtes probablement pas sans savoir que j’ai consacré cet avent à désencombrer ma maison.

D’ailleurs, maintenant, je suis toute perdue. Car c’est fini.

 

Objectif de ce calendrier de l’Avent du Désencombrement:

L’objectif était simple: voir si je pouvais arriver à me défaire de mes petites affaires !

Et de préférence, en tirer des conclusions et des leçons de vie.

Et faire de la place pour de nouvelles affaires. Oups, non. Oubliez ce que j’ai dit.

 

Principe:

Ce sympathique petit jeu n’est pas neuf. Il s’appelle le Minsgame (« minimalist game »). Il a été inventé par Joshua Fields Millburn & Ryan Nicodemus, connus sous le nom “The Minimalists”. C’est Judith qui me l’avait fait découvrir l’année dernière.

Je m’étais dit à ce moment:  » Mais, ma foi, elle est folle. Moi, j’y arriverais jamais... ». Dans son élan, elle m’a d’ailleurs refilé des clayettes dont je me sers parfois quand je fais des cookies. Mmmm. Merci, Judith.

Et bien, maintenant, c’était mon tour. J’ai donc appliqué ce jeu à la période de l’avent, ce qui est assez cool, car je ne dois pas faire jusqu’à la fin du mois, hé hé ! Moi paresseuse? Jamais !

Chaque jour du 1 au 25 décembre, je devais me débarrasser définitivement du nombre d’objets correspondant au jour du mois.

 

Déroulement :

Et ben, on peut dire que toute la maison y est passée. De la cave au grenier, en faisant un tour du jardin. Telle une tornade traversant portes et fenêtres. Ravageant tout sur son passage.

Chaque fois que je disposais d’un peu de temps, je m’attaquais à un tiroir, une armoire, une caisse.

 

J’étais dans l’obligation de me débarrasser d’un certain nombre de choses, faute de quoi je n’aurais rien à vous publier. Ma chasse était donc sans pitié. Le principe était que les objets devaient vraiment quitter ma maison. Tout de suite ou de façon imminente.

Interdit donc de les stocker quelque part en attendant preneur potentiel.

Le sort des objets délestés était :

  • la poubelle
  • le parc à recyclage
  • une bonne âme qui en voulait
  • les bonnes oeuvres (Terre, Petits Rien, Oxfam)

Le ressenti

Alors, voici en live le film de mes émotions en phase de désencombrement:

Au début, quand je regarde cet objet dont je dois me séparer, cela fait mal. Je sens le regret. Tous les arguments pour le conserver reviennent douloureusement à la surface:

  • c’est pas écologique de jeter
  • oui mais c’était un cadeau!
  • et si un enfant en voulait plus tard?
  • Mais j’ai quand même de la place!
  • Je ne pourrais pas le mettre ailleurs?

Puis je me dis:

  • « Pense à la satisfaction que cela t’apportera de ne plus te préoccuper du sort de cet objet!« 

Et LA, à cet instant précis, j’arrive à me décider. Je m’en débarrasse.

Et cela me procure un soulagement, un sentiment d’accomplissement inégalé.

Comme de l’adrénaline qui monte, comme une fièvre !

Sans rire, je suis honnêtement heureuse de me défaire de plein de choses totalement inutiles, moches, encombrantes…

D’ailleurs, j’ai même fait des écarts : j’ai jeté beaucoup plus que je ne « devais »… La preuve, voici ce qui se passe maintenant quand je vais au grenier…

Conclusions

Je suis consciente d’être encore loin du minimalisme, mais je pense que je vais commencer sérieusement à réfléchir à chaque achat que je fais.

  • Est-ce que je vais vraiment m’en servir?
  • Est ce qu’il apporte une plus-value à ma vie?
  • Est-ce que je dispose de la place suffisante pour lui?
  • Est-ce que je peux me débarrasser de quelque chose d’autre?

Si je ne suis pas convaincue, je ne dois plus acheter.

L’autre jour, par exemple, mon étagère qui sert à porter mes bacs pliables dans la buanderie est tombée et a arraché toutes les vis dans sa chute… Quand je vous dis que les murs en gyproc, c’est de la M…. (d’ailleurs, si on devait reconstruire, PLUS JAMAIS en ossature bois! ).

Ma première réaction était de consulter le catalogue Ikea en ligne. J’avais déjà noté les références d’une étagère parfaite ne nécessitant plus d’être accrochée au mur.

Et puis j’ai réfléchi. J’ai déplacé un meuble, placé mes bacs pliables ailleurs, pour me rendre compte que je gagnais en place ainsi. Finalement je n’avais plus besoin de cet achat…

Vous voyez que je m’améliore 🙂

Bon, maintenant je ne peux que vous encourager à suivre mon exemple ! Le fait de se fixer un délais pour jeter un certain nombre d’objets est gagnant  à tous les coups! D’ailleurs, à défaut de refaire un minsgame, je me demande si je ne ferais pas un truc du style: 

  • Chaque premier jour du mois: jeter autant d’objets que de jours dans le mois (vive février)
  • Jeter 15 trucs tous les 15 jours
  • acheter= jeter l’équivalent
  • etc…

Vous, vous y prendriez comment, vous, mes chers amis maniaques?

Sur ce, à bientôt chez la famille Maniaque!

Album souvenirs

petit tour au jardin et au garage…
vide grenier
avec l’aide de Papa Maniaque…
armoires de cuisine…

 

tri de la bibliothèque…
vieilleries enfouies au grenier…

 

7 commentaires sur « L’Avent du Désencombrement »

  1. Ici comme je suis en congé pendant 2 semaines , j ai commencé par la salle de bain et ben dit donc deux sacs poubelles de produits et d objets en tout genre . J ai pu organiser cette pièce autrement et maintenant chaque chose à sa place …. même si je dois repasser après le zhom chaque matin pour ranger son peigne et sa brosse à dents qu il laisse traîner sur l’évier.

    1. Tout à fait ! J’y croyais pas trop mais force est de constater qu’une fois qu’on commence à vider, c’est très vite addictif et libératoire ! Je t’encourage vivement ! A bientôt 🙂

  2. Hihihi… Ikéa va faire faillite… 😉 Ici on a une technique… Pour chaque objet qui quitte la salle de jeu… Je lui donne 1 € qu’elle peut dépenser pour un nouveau jouet… Et pour avoir un jouet… Elle doit se séparer de quelques jouets… Donc on gagne de la place 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *