Publié dans lecture

Lecture Maniaque: le Tsunami Magique Japonnais

Hello à vous, amis maniaques,

Me voici aujourd’hui avec un article venu tout droit du Pays Du soleil Levant.

Car oui, je l’ai lu. Jusqu’au bout. Et je suis fière de moi.

« La vie ne commence vraiment que lorsqu’on a remis de l’ordre chez soi ».

C’est ainsi que commence cet étrange ovni de littérature maniaque.

Tiens, moi je croyais que « La vie débute le jour où l’on commence un jardin” (proverbe chinois). Mais, bon, faut croire que la vie est fort différente entre la Chine et le Japon. Pourquoi pas? Les belges naissent bien avec une brique dans le ventre, les japonais, c’est avec un camion de déménagement.

Pourquoi l’ai-je acheté ?

Ma motivation pour acquérir cet ouvrage à succès tient à trois arguments.

Tout d’abord, je ne voulais pas rester la seule maniaque au monde à ne pas l’avoir lu.

Ensuite, je convoitais ardemment ce fameux manuel de pliage des t-shirts et torchons.

Enfin, je désirais un livre en plus à ma collection (car je ne suis pas minimaliste, souvenez-vous… )

 

Première impression

Bon, je veux pas être mauvaise, mais…

ALLO QUOI !

Il y a vraiment 5 millions de Konmari addicts sur la planète? Honnêtement, où va le monde?

Vous n’avez pas remarqué qu’elle est un peu givrée, la nenette?

On se plaint des extrémistes, mais là franchement c’est à une fanatique des bulldozers que nous avons à faire!

Je ne sais peut-être pas bien lire entre les lignes, mais quand je lis des trucs, du genre:

  • « Ne suspendez que les vêtements qui ont l’air plus heureux sur cintre »
  • « Quelle cruauté de rouler vos chaussettes et vos bas en boule, ou de les nouer! »
  • « Les articles en bas de la pile se retrouvent écrasés et cela les fait souffrir »
  • « Quand j’étais au lycée, tellement obsédée par le rangement que j’en fis une dépression… »
  • « Les objets chez vous désirent tous sans exception à contribuer à votre bonheur »
  • « Le rangement ne ment jamais »
  • « Le dieu du rangement n’abandonne jamais personne, même ceux qui ne croient pas en eux »

Je dis, heuuuuuu, OMG! On en a enfermé pour moins que ça, vous savez!

Vous êtes bien au courant qu’elle parle d’objets, là?

Ce ne sont pas des êtres de chair et de sang!

Alors, prendre un flacon de détergent dans ses bras, voir si l’on ressent de la joie et le jeter en lui disant « merci »… Bof quoi!

Dans cette société d’hyperconsommation, je trouve perso hallucinant de jeter « tout ce qui ne nous donne pas de la joie », pour après se dire: « Même po grave, le jour où j’en ai besoin, je rachète! »

Mais ça c’est mon avis, hein…

Ceci dit:

  • Le pliage des petites culottes et des chaussettes n’a dès à présent plus de secret pour moi.
  • Je dois apprendre à dire adieu et merci à ce carton de jus d’orange qui m’aura rendu tant de services.
  • Je dois ressentir de la joie en regardant ma boîte de tournevis et ma déclaration d’impôts.

Mais comment en est-on arrivé là?

Voici mon analyse de la situation…

Pauvre enfant

Freud aurait certainement attribué son problème à sa plus tendre enfance, quand une étagère a failli la fracasser en croulant sous sous propre poids.

Je pense qu’une bonne pédopsy trouvera une bonne explication aux névroses de Marie. A mon humble avis, quand elle était petite, Père Noël aurait mieux fait de donner à la gamine un chat ou un chien, plutôt que le kit de la parfaite ménagère.

source : cd discount

Car vous trouvez normal qu’elle bazarde un bon vieux marteau, parce qu’il « ne lui procure pas de joie », pour ensuite clouer un cadre avec une poêle à frire?

Et cela ne vous perturberait pas si votre gamine se mettait à se tartiner toutes vos crèmes visage sous prétexte qu’il faut vider les pots et les jeter?

Bon, si cela ne vous convainc pas, parlons culture.

Problème Japonais?

Hier soir, un reportage à la télévision parlait des logements de 2m² à Hong Kong. Cela m’a choquée car l’appartement présenté comportait une espèce de gros cercueil blanc (nommé « capsule ») placé dans un appartement miteux, à côté d’autres cercueils blancs. Bon, ces sarcophages étaient équipés de wifi et  d’airco. Mais quand même. Le reste de l’appartement, c’étaient des lieux communs aux locataires, pour cuisiner, lessiver…

Je me suis demandée si cela existait aussi au Japon, et Bingo!  Voici un magnifique hôtel  (sponsorisé par Fleury Michon, ha ha ):

source:http://www.column-capital-d.com/2011/02/17/un-hotel-capsule-japonais/

Tout cela pour vous dire qu’au Japon, il y a pénurie de logements dans les grandes villes. On entasse les gens dans des micro-appartements, comme des poules de batteries.

Dans ces circonstances, je comprends la papesse japonaise de vouloir nous déposséder de tous nos biens, tout en ayant un sentiment de soulagement après des adieux affectueux avec ces objets. Au fond, tout son rituel, c’est pas pour dire merci aux exclus de notre coeur. Non, non, c’est pour nous remonter le moral avant d’intégrer notre cageot customisé.

Car avouez que c’est quand même plus zen de vivre comme ça :

source:http://immobilier.lefigaro.fr/article/gain-de-place-encastrez-le-lit-dans-le-plafond-et-la-table-dans-le-plancher_728d5fe8-50c1-11e5-ac71-3c4444a0b059/

 

que comme ça, non?

source:http://www.nipponconnection.fr/un-japonais-vit-dans-un-appartement-de-5-metres-de-large/

Je pense donc que l’extrémisme du rangement proposé dans ce très joli bouquin est un peu inapproprié dans nos contrées. Sauf si vous avez acheté une mini-maison. Ou une tente Quechua.

Effet de mode?

Probablement un peu, sa particularité venant d’un rapport à l’objet différent totalement de notre vision occidentale.

Car on est en plein mindfulness à la Japonaise là, à ressentir l’Aura des objets en les serrant contre soi!

Beaucoup d’entre nous connaissent cette envie de reprendre pleine conscience de soi, de tout ce qui nous entoure, et de nous reconnecter avec le monde.

On vit dans une société où l’on doit gérer tellement de choses en même temps: boulot, ménage, couple, enfants, loisirs etc… A un moment donné, il est difficile de tout assumer et l’on a envie de revenir à un mode de vie plus zen, moins stressant.

Et quoi de plus libératoire que de se décharger de tous ces fardeaux que l’on porte tous les jours! On ne va quand même pas jeter les enfants, la maison, le couple etc…! Par contre jeter des objets, c’est tellement plus facile. Et accessible.

Je comprends l’attrait. C’est clair.

Néanmoins, je pense qu’il faut prendre du recul et s’adapter un peu à notre mode de vie à nous, à nos maisons, à nos coutumes.

Nous aimons garder pour nos enfants, pour nos vieux jours, pour se souvenir, pour « au cas où »… et je ne vois pas où est le mal à ça. Si on arrive à trouver une petite place pour ces objets, et qu’ils ne nous occasionnent pas de stress. Et puis, si tout le monde faisait comme elle, les futures archéologues vont s’ennuyer comme des rats morts, non?

Bilan de ma lecture

Bon, il y a assez de sites qui parlent du bouquin et de la méthode Konmari. Et ce ne sont que des éloges! Je vous en ai mis quelsques-uns en annexe.  Je ne voudrais donc pas faire de plagiat en faisant des copier-coller de ces articles.

Voici ce que j’en retiens personnellement:

  • Quand je trie, je dois réfléchir à la véritable valeur des objets pour moi. Si l’objet ne m’apporte rien, et ne m’apportera jamais rien, je peux le baquer. Pour dédramatiser la chose, je peux faire une petite mise en scène théâtrale du genre « Merci, mais, hooooo, tu ne me procures pas de joie! »
  • Je dois ranger les objets pour qu’ils soient visibles. Sinon, je les oublie. Dans le cas de commodes, ce sera verticalement.
  • Je dois regrouper les objets par catégories. Mais c’est pas neuf. Et puis,  à moi de les définir, hein. L’histoire de  » l’aura des objets »,  j’adhère pas. Mais vous peut-être.
  • Je dois ranger les objets en me disant que quelqu’un pourrait ouvrir le placard! Même mes rouleaux de papiers wc doivent être joliment alignés.
  • Il faut remplir les tiroirs à 90%. Pas moins, car la nature humaine abhorre le vide et veut le combler.

Je pense qu’en tant que diététicienne, je me ferais peut-être un max de pognon en créant un régime à la Konmari, non? Tout ce qui ne me procure pas de joie, je ne mangerai pas. Tout ce qui me procure de la joie, vient en moi (et bousille mon foie)…Faites venir les Mars et les Menus big Mac! Et pensez à bien remplir mon assiette, je déteste le vide !

Conclusion

Enfin, en parcourant le bouquin, même si j’ai eu quelques fous rires avec papa Maniaque, je dois consentir qu’il donne ENVIE de ranger. C’est vraiment ce que j’appelle un « FEEL GOOD BOOK« . Il fait du bien. Il donne un véritable titre de noblesse à un acte rébarbatif pour beaucoup.

C’est cela, le but principal, non?

Et puis, les plus grands artistes, Van Gogh, Nietzsche, Verlaine, Munch, Lautreamont…  tous étaient des grands fous, non? Donc qui suis-je pour juger cette gentille petite Marie? Son apparente naïveté est touchante, et ses propos lui donnent par moment un air de Gourou des temps modernes. Une prêcheuse de bonne parole promettant de créer la paix dans un monde tellement plus zen.

 

Moralité

L’essence même du rangement réside dans le fait d’apprécier les objets que vous possédez et de veiller à ce que la relation que vous entretenez avec eux soit aussi agréable que possible. Décider où ranger les choses équivaut à leur donner une maison.

 

Annexe :

Car je sais que vous n’en avez jamais assez, voici:

Quelques blogs qui parlent de Konmari:

 

 

A bientôt pour une nouvelle lecture Maniaque !

 


Vous voulez l’acheter? Cliquez sur ce lien :

 

6 commentaires sur « Lecture Maniaque: le Tsunami Magique Japonnais »

  1. Oh là là, tu m’as trop fait rire Maman maniaque ! Et il existe même un groupe Facebook dédié bien sûr : https://www.facebook.com/groups/1751016061817282/?fref=ts.
    C’est vrai que son rapport aux objets est différent du nôtre. Apparemment ce serait lié à sa religion. Elle est paraît-il shintoïste. Et le Shintoïsme mélange apparemment des éléments polythéistes et animistes d’où le fait de considérer que les objets ont une âme mais bon ils finissent tout de même à la poubelle pour la plupart avec elle. Elle ne parle pas de recyclage alors que l’on s’intéresse de plus en plus au développement durable. Mais comme tu le dis sa méthode de tri et de rangement présente de l’intérêt. Mais ce qui me gêne un peu c’est que certaines personnes en viennent à s’intéresser à Dominique Loreau en disant qu’ils ont l’impression de relire la même chose que dans les livres de Marie Kondo (il y a aussi « La Magie du Rangement », son Ier bouquin) alors que les écrits de Dominique Loreau sont bien antérieurs à ceux de Marie Kondo qui s’en inspire peut-être sans la mentionner, de même que « DAN SHA RI : L’art du rangement » de Hideko Yamashita qui a aussi son groupe FB : https://www.facebook.com/groups/dansharifrance/?fref=ts. Enfin tu auras compris Maman maniaque que la problématique m’intéresse car j’ai un conjoint qui stocke des centaines de choses depuis des dizaines d’années mais c’est difficile de le convaincre de s’en séparer et encore plus de ranger au bout d’un moment alors j’apprécie de bien rire du sujet, encore merci pour cet article perspicace et éclairant.

    1. Hello !
      Un tout grand merci pour toutes ces infos ! Je vais certainement aller jeter un oeil sur ces groupes Facebook ! Par ailleurs, je suis occupée à lire un livre de Dominique Loreau, et même si c’est un peu plus dur à lire, j’aime vraiment bien. Au moins, je n’ai pas l’impression qu’elle plane quand elle écrit 😉

      1. Justement, je suis aussi en train de lire Dominique Loreau,  » L’art de l’essentiel » en l’occurrence. J’ai l’impression que nous nous sommes donné le mot par transmission de pensée. 😉 Et j’ai envie de lire d’autres livres d’elle.
        Il y a d’autres groupes FB qui gagneraient à te connaître aussi :
        https://www.facebook.com/groups/flyladypourlesfrancophones/?fref=ts
        https://www.facebook.com/groups/976276749102927/?fref=ts
        https://www.facebook.com/groups/apprentisminimalistes/?fref=ts
        Bonne fin de semaine Maman maniaque ! 🙂 Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *