Publié dans Les états d'âme de Maman Maniaque, Petite présentation...

Petit coeur de Maniaque

Hello à vous, amis maniaques au petit coeur d’artichaut…

Pour ce 14 février, je vous ai préparé un article spécialement destiné à ceux ou celles parmi vous qui rêvent toujours des contes de fées, des princes charmants et autres belles au bois dormants.

Ceci est une histoire vraie…

Once upon a time…

Il était une fois, dans un lointain pays gris et humide, enfermé dans un immense hôpital de béton et métal, un beau et élégant Monsieur Maniaque. Maniaque de la plus pure espèce, il était issu d’une longue lignée de parfaits pédigrées de la Maniaquerie. Hélas, malgré un environnement de travail particulièrement fécond en espèces similaires, il n’avait pas encore trouvé une âme soeur suffisamment digne de partager l’alignement parfait des assiettes dans son lave-vaisselle.

Dans ce même pays à la population habitée d’un étrange sens de l’humour et de goûts culinaires bien grassouillets, vivait une gente demoiselle nommée Miss Ordonnée.  Miss Ordonnée était une roturière de la Maniaquerie. Depuis sa plus tendre enfance, elle se battait vaille que vaille, jour après jour, pour maintenir un semblant d’ordre dans un univers familial particulièrement chaotique. Miss Ordonnée avait connu un certain nombre de peines de coeur et était loin de s’imaginer ce que le destin avait préparé à son égard…

 

Un beau jour…

Un beau jour, après un ultime cruel verdict de sa balance, dite Vilaine Sorcière,  Miss Ordonnée décida de se rendre à une collecte de sang. Elle nourrissait le naïf et infime espoir que le don de 3 ou 4 litres de ses fluides corporels puisse avoir un quelconque effet gravitationnel. (chers amis, sachez que cela ne sert à rien…)

Bien mal lui prit de s’y rendre en fin de service. Les charmants membres du personnel hospitalier étaient tellement pressés de chanter « he ho, he ho on rentre du boulot » et de retrouver leurs douillettes chaumières qu’ils omirent de proposer à notre héroïne une collation hyperglucidique.

Aie.

Comme vous dites.

Déambulant telle une figurante de Walking Dead à travers les couloirs aseptisés de ce grand hôpital, elle devait attirer un certain nombre de regards inquiets, paniqués, voire carrément hystériques.

Arrivée aux ascenseurs, elle décida de s’accroupir contre le mur. Ben oui, peut-être que celui-ci allait lui transmettre son énergie pour l’aider à se maintenir debout.

« Diiiiiiing ».

L’ascenseur arriva. Il fallait se résoudre à se lever.

D’un geste vif, la demoiselle se redressa et se rua dans l’ascenseur, espérant que personne ne l’avait remarquée en si étrange posture.

 

Black out

Mais l’ascenseur, Otis de son prénom,  avait décidé d’achever notre pauvre héroïne. A peine remis en route, il procura un tel sentiment de malaise à Miss Ordonnée, qu’elle en perdit tous ses moyens et s’évanouit.

Jamais auparavant telle chose ne lui était arrivée.

Cela ne dura que quelques secondes. Soudain, elle se sentit redressée par une étrange créature, tout de vert vêtue. Tel un prince charmant venant au secours d’une pauvre dame en détresse, Monsieur Maniaque était entré en action. D’un professionnalisme exemplaire, il demanda à la jeune dame à quel étage elle devait se rendre. Faiblement, elle répondit: « au 5ème, au bureau diététique ». Ensuite, elle s’abandonna, telle une masse difforme contre lui, tandis qu’il la dirigea, tant bien que mal,  vers le local en question.

 

Premiers soins

Arrivés au bon service, Monsieur Maniaque installa sa jeune patiente dans le bureau diététique. Il avouera plus tard en avoir profité pour regarder discrètement si celle-ci ne portait pas d’alliance… Ensuite, il alla s’enquérir d’une boisson salée pour remonter sa tension.

Les premiers soins pratiqués, il s’assura qu’il pouvait abandonner la demoiselle et retourna à ses occupations.
Miss Ordonnée, quant à elle, était particulièrement embarrassée. Quelle idiote de tomber ainsi dans les pommes au travail ! Dès qu’elle se sentit suffisamment forte, elle se remit à la tâche et, après l’avoir raconté à ses collègues, décida de ne plus trop penser à cet incident assez gênant.

Les jours passèrent…

 

Plan d’action

Un matin, Miss Ordonnée téléphona à une de ses collègues. Celle-ci lui dit gaiement:

  • « Et, je sais qui t’a secourue quand tu t’es évanouie. Et tu sais quoi? Il te cherche… »
  • « Ah, heu… oups. Heu, merci « 
  • « Je lui ai donné ton horaire, donc ne t’étonne pas si tu le vois… »

Merde, il ressemblait à quoi encore? Tout s’était passé si vite… Les évènements paraissaient encore tellement flous. Et puis, la physionomie, c’était pas vraiment son point fort.

Miss Ordonnée actionna donc son radar à princes charmants et scruta le visage de tous les bonhommes verts qui arpentaient les couloirs. Hum, non. Elle voyait pas. Bah, il avait peut-être abandonné sa quête!

Mais, un ou deux jours plus tard, eurêka ! Un grand chevalier vert, mais bien plus élégant que son collègue Shrek,  semblait perdu devant la cage d’ascenseurs du 5ème étage. Aucun doute, c’était lui. Timidement, il se dirigea vers elle et ils entamèrent une petite conversation, un peu gênée, un peu maladroite. Puis il partit.

« Hum, pas mal, ce prince charmant », se disait-elle. « Bon, Maniaque, c’est un nom bizarre, mais il n’y peut rien, le pauvre… »

Le lendemain, une petite lettre s’était délicatement glissée sous la porte du bureau.  Houra, Miss Ordonnée avait gagné le prix de la rencontre la plus originale et pouvait réclamer son cadeau ! Une invitation au restaurant !

 

Et ils vécurent ….

… C’était il y a presque 18 ans. Du jour au lendemain, Monsieur Maniaque disparut étrangement de la circulation. Selon certaines sources, une vile créature du monde du chaos l’aurait enlevé, certainement dans le but obscur de le transformer en bordélique. Selon d’autres, il aurait entamé la formation d’une nouvelle disciple…

Toujours est-il que quinze jours plus tard, des cartons soigneusement étiquetés parcoururent inlassablement la route entre son domicile parfaitement rangé et l’appartement relativement ordonné de sa promise. Six mois passèrent, un équilibre entropique fut atteint, puis il se mit à genoux…

Enfin, deux ans de listes et préparatifs maniaques plus tard, leur union fut scellée officiellement et la fabrique à enfants Maniaque put se mettre en route…

C’est donc ainsi qu’ils devinrent Papa et Maman Maniaque. Mais bon, la suite,  vous la connaissez…

THE END

Joyeuse Saint Valentin à tous les amoureux !

 

 

 

 

 

 

8 commentaires sur « Petit coeur de Maniaque »

  1. Il faut dire que miss ordonnée aussi disparu de la circulation… Au point que ses amies et soeurs un peu désordonnée étaient pratiquement prêtes à appeller fbi porté disparu… Oui à cette époque c’était la série à la mode…
    Gros bisous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *