Publié dans nutri maniaque

Fêtes de Maniaque

Ho ho ho à vous, amis maniaques !

maman maniaque fête Noel

Comment allez vous en cette fin d’année ?

Le sapin est bien décoré ? Avez-vous tous vos cadeaux ? Les frigos débordent comme il se doit ? C’est bien, vous êtes maîtres en techniques d’organisation. Vous voilà donc prêt(s) pour les fêtes !

Aujourd’hui, je vous propose mes astuces de Maniaque pour passer ce cap en toute douceur et tranquillité.

Détox de sapin Maniaque

régime détoxication de Maniaque

Ahhhhh …. les fêtes…

Quel plaisir de se retrouver en famille autour de cette bonne grosse dinde farcie ! Quelle joie de déballer ces cadeaux absolument indispensables ! Que de douceurs et saveurs en perspective… Ahhhhh, je salive déjà.

dinde de Maniaque

Oui, mais. Toutes les bonnes choses auront une fin.

Car, mes amis,  oui, il y a l’après…

La gueule de bois.

La douche froide.

Je parle bien sûr de … la pesée.

la pesée après les fêtes

Oui, vous connaissez. La pesée. Le verdict. La sentence, si vous préférez.

Ce moment tant redouté qui sonne le gong de la fin de la débauche, et du début des bonnes résolutions.

Cruelle existence que nous vivons donc.

Mais nous n’en sommes fort heureusement pas encore là.

Voyons d’ailleurs un peu aujourd’hui ce qu’on peut faire pour limiter la casse…

La préparation des fêtes

Ne nous voilons pas la face, les redoutables calories, vous n’y échapperez pas cette année. Mais je pense avoir de quoi vous faire avoir un peu moins peur du grand méchant loup de Noël.

Pour cela, un peu de théorie, si vous voulez bien…

Chaque organisme répond au premier principe de thermodynamique qui stipule que l’énergie (et donc les calories de cette délicieuse bûche de Noël qui vous fait tant culpabiliser) se transforme mais ne se perd pas. Et, hélas, elle ne se renouvelle pas encore en électricité verte.

Pour maintenir notre balance énergétique, il faut que les entrées d’énergie, en l’occurrence l’apport alimentaire, et les dépenses énergétiques soient équivalentes. Dès qu’on mange plus que ce qu’on dépense, le corps, et bien, il sait quoi faire. Il stocke. Au cas où… et préférentiellement là où cela vous ennuie le plus.

balance énergétique

Un peu de charge mentale pré-fête

Et sachant qu’une femme a besoin d’environ 1800 à 2000 kcal par jour, et que chaque calorie supplémentaire est stockée sous forme de graisse, préparez-vous à trembler.

  • La flute de champagne = 70 kcal, or c’est rare qu’on se limite à une seule (enfin, à moins que ce ne soit que moi… Oups)
  • L’assortiment de mini snacks à l’apéro vous vaudra 500 kcal au 100 g (et ça va vite, croyez-moi)
  • Cette mignonne petite tranche de foie gras = 200 kcal
  • Sans compter le cramique qui l’accompagne = 150 kcal par tranche
  • Une part de dinde farcie, sauce, légumes et pommes noisettes = 700 à 800 kcal
  • Une petite tranche de bûche au chocolat = 300 kcal
  • Enfin, du vin pour arroser tout cela = 100 kcal le verre

Donc, si je compte bien, l’addition pour ce petit repas s’élève à 2200 kcal. Et encore, je sais que j’ai omis plein de trucs.

comptage de calories

Bon, ben je vous apprends que vous ne pouvez plus rien manger le reste de la journée.

glurps

Quoi ?

Vous n’êtes pas content(e)s ? Comment ça, « une diététicienne, ça ne sait que compter les calories ? « 

Magic body

Comme je vous comprends, mes chers amis. Mais c’est ici que je vais vous consoler. Ce qu’il est important de comprendre, c’est que notre corps, il sait tout cela.

Accordez-lui un peu plus de confiance, voyons !

L’homéostasie énergétique, votre sauveur en armure blanche, fait que vous pouvez vous empiffrer un jour sans vous transformer en bonhomme Michelin le lendemain.

Un équilibre alimentaire, mes amis, cela ne se calcule pas en un jour. Ni en une semaine.

Votre corps arrive naturellement à maintenir son état énergétique autour d’une valeur de consigne, qui va dépendre des conditions environnementales.

Ainsi, alors que chaque individu ingère en moyenne 60 tonnes de nourriture au cours de sa vie, son poids en tant qu’adulte reste relativement stable.

Pourtant, l’absorption de seulement 60 kcal en trop par jour (soit l’équivalent de 4 morceaux de sucre) conduit théoriquement à accumuler 3 kg de graisse dans l’année, soit 30 kg en 10 ans.

Tout se joue donc sur le temps. Un jour on mange beaucoup, et le lendemain on se restreint naturellement.

Et c’est une notion que beaucoup de magasines féminins semblent oublier en cette période.

homéostasie énergétique

Tour de contrôle

Mais qui c’est qui contrôle, tout cela ?

Et bien, imaginez-vous votre corps comme un grand centre commercial.

  • Dans les rayons : la marchandise à vendre, prête à partir
  • En réserve : les stocks
  • Sur le terrain : les chefs de rayon
  • Caché au fond de son bureau : le gérant + son arriviste d’adjoint

Le niveau de marchandises circulantes diminue ? Et bien, les chefs de rayon transfèrent cette information au gérant, qui autorise de se servir dans les stocks.

Et bien, votre corps, c’est un peu cela. Sauf que les chefs de rayon, c’est votre foie, vos tissus et vos muscles. Et le gérant, c’est une partie de votre cerveau appelé hypothalamus.

Quand on manque d’une ou l’autre substance nutritive, l’information est transmise via des messagers aux chefs de rayons, qui reçoivent l’autorisation du gérant de se servir dans les réserves (vos cuisses, mes chers amis).

 

Houston, we have a problem

Ce qu’il y a, c’est que la communication, comme partout, et bien parfois ça déconne. Et donc il suffit d’un mauvais outil de transfert de l’info (Leptine, insuline, ghréline ou autres -ines) pour que les stocks deviennent ingérables.

Si à cela on ajoute ce petit parvenu de nouveau collègue du gérant, qui vient foutre la merde en jouant sur les émotions (stress, ennui, frustration) pour remplir les stocks de façon outrancière à coups de glaces et de chocolats… et bien certaines personnes auront du mal. Et ce avec ou sans les fêtes à qui jeter la faute.

régulation alimentaire

Le problème, c’est que le supermarché, il n’a pas une capacité infinie. Sa  taille, et bien c’est ce qu’on appellera votre poids d’équilibre. Ce n’est peut-être pas votre poids idéal, mais c’est celui que vous maintenez naturellement depuis un bon moment.

Donc, en cette veille de fêtes, vous vous trouvez devant trois cas de figure :

  • Yes ! Vous êtes à votre poids d’équilibre avant d’entamer les festivités. Vous vous empiffrerez comme vous voulez. No stress. De toute façon, quelques jours après celles-ci, vous aurez retrouvé votre poids initial, votre tour de contrôle ayant prévu le coup.
  • Fausse bonne idée : Vous êtes sous votre poids d’équilibre parce que vous avez jeûné comme un(e) malade pour affronter le désastre. Face au buffet, votre tour de contrôle va se mettre en mode « chouette, la crise est finie » et va remplir les stocks. Elle va même les remplir un peu trop, tiens, des fois que vous auriez envie de la priver à nouveau plus tard.
  • Oups. Vous êtes au-delà de votre poids d’équilibre parce que Saint Nicolas est passé par là. Bon, là je vous conseille de faire quand même un peu gaffe à ce que vous ingérez. Un mois d’excès, c’est beaucoup, et vous risquez de devoir agrandir le magasin. En quelque sorte.

 

Le jour du massacre

Le jour du massacre, dans les trois cas de figure présentés, le matin et midi, un bon conseil : faites comme d’habitude. Ne vous privez pas. Tout ce que vous risquez, c’est de vous ruer encore plus vite sur le buffet.

Si en fin de journée, vous avez peur de craquer, anticipez ! Un bol de soupe, une portion de légumes, un fruit… qu’importe, mais un truc sain.

Quand la fête commence, mangez ce qui vous plait, de grâce ! Ne culpabilisez pas. La fête, c’est pour tout le monde, même pour le gérant.

Par contre, et plus particulièrement pour ceux parmi vous qui ne sont actuellement pas à leur poids d’équilibre,  voici :

Quelques conseils pour tenir compte de votre corps et de ses besoins :

  • Mangez doucement, en mâchant correctement.
  • Ne vous servez que d’un seul chips à la fois, au lieu de vous en prendre une bonne poignée. En plus, cela fait drôlement plus smart comme attitude.
  • Ne vous goinfrez pas trop à l’apéro. Le meilleur vient après 😉
  • Redéposez vos couverts à chaque bouchée.
  • Buvez de l’eau, beaucoup d’eau, entre les boissons alcoolisées. Cela vous évitera peut-être la gueule de bois. Essayez de ne boire qu’un verre de vin par service.
  • Soyez raisonnable avec le pain, le fromage, la sauce… C’est ce qui nous perd toujours.
  • Ne craignez pas de laisser des choses dans votre assiette. C’est pas grave. Les doggy packs, ça existe, même à Noël !

 doggy pack de noel

Astuces évidentes, mais que je cite quand même

  • Une bûche glacée, c’est moins calorique que la bûche pâtissière.
  • Les crudités à l’apéro, c’est top. Alternez deux carottes, une mini pizza, deux tomates cerises, un apéricube etc.
  • Le fromage ou le dessert, parfois il faut choisir…
  • En alternative aux petits fourrés pleins de graisses : jolies verrines, cuillères apéritives, mini-brochettes, mini-potages, …
  • Une assiette équilibrée, rappelez-vous, c’est la moitié de légumes, le quart de viande et l’autre quart de féculents. Bon, j’avoue que c’est pas facile à créer, mais gardez cette image en tête quand on commence à vous servir. Beaucoup de légumes ! Peu de viande et de féculents. C’est le secret, mes chers amis !

L’après-fêtes

Allez, vous avez survécu. Vous avez géré comme vous pouviez, et vous êtes super bien amusés. C’est génial !

Maintenant, suivez bien ces conseils, mes chers amis ! En toute modestie, ce sont les plus utiles que vous entendrez les prochains jours :

ECOUTEZ VOTRE CORPS !

Vous avez faim ? Mangez !
Vous avez assez ? Arrêtez !

Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire. Pourtant, réapprendre à comprendre les sensations de son corps est primordial si l’on veut manger de façon adéquate, selon ses réels besoins.

Et ce n’est pas en vous torturant de jeûnes et de cures détox que vous allez y parvenir. Bien au contraire.

Car oui, je sais que vous allez entendre des tas de conseils apparemment tellement savants pour  « détoxifier », « drainer », « purifier »  votre corps.

Laissez-les dire.

Super detoxicator

Dites-vous que vous avez reçu à la naissance trois supers agents de détoxification internes : le foie et les reins. C’est leur rôle d’évacuer tout ce qui faut de votre corps.

super foie détoxifiant

Maintenant, si vous avez envie de vous faire des cures de jus de citron, de pamplemousse, de carottes, de thé vert, de pissenlit, d’artichaut, de radis noir, de gingembre, de fenouil, de camomille, de romarin, de chardon marie, de melon, de carambole, de germes de blé, de brocoli, et j’en passe sûrement… rien ne vous en empêche. Cela ne fera pas de tord, à priori ( Sauf à votre porte-feuille).

De là à dire que c’est nécessaire, je n’irais pas. Sans vouloir offusquer tous ces produits de mère nature, qui comportent certainement chacun des (petites quantités de) substances intéressantes, aucune étude scientifique sérieuse ne s’est à ce jour  penchée sur la question.

Vous voulez quand même contribuer activement au bien-être de votre foie ?  Allez chercher ailleurs : combattez la cause, au lieu d’appliquer des pansements loufoques…

Car si on le bombarde longtemps et à répétition de sucres, de graisses et/ou d’alcool, ben à un moment donné, c’est clair que votre superfoie fera sa chtite crise. Et vos petites cures, elles ne seront pas d’une grande aide à ce moment-là, hélas.

Si vous voulez vraiment prendre soin de vous, voici donc ce que vous ferez après les fêtes, et d’ailleurs tout le reste de l’année :

Mangez varié et équilibré !

  • Boire un verre d’eau toutes les heures, même si vous n’avez pas soif.
  • Limiter le café à 2 tasses par jour.
  • Se contenter de maximum un verre de vin par jour (pour les femmes) et deux verres pour les hommes. Je sais, c’est horriblement discriminatoire. C’est la vie.
  • Réduire votre consommation de sel, car les reins, entre autres, ils aiment pas trop. La salière à table, c’est franchement pas le bon plan. Pensez aux herbes aromatiques et aux épices pour donner du goût.
  • Favorisez les produits peu raffinés, les céréales complètes, les préparations « maisons ». Au moins, vous savez ce qu’il y a à l’intérieur.
  • Ne mangez qu’une seule viande rouge par semaine. Mettez au moins une fois par semaine un produit végétarien au menu : oeuf, légumineuses, tofu, quorn…
  • Faites lentement mais sûrement le deuil des charcuteries, car c’est vraiment un cocktail explosif : sel, graisses saturées et (surtout) nitrates. Soit, rien de bon au programme.
  • Mettez un quota aux sucres ajoutés :  sodas, biscuits, crèmes desserts, céréales petit déjeuner, bonbons, glaces etc… Un peu, ça va. Beaucoup, le foie dégustera. Et transformera tout ça en gras.
  • Ne mangez qu’une seule fois par semaine des produits frits (frites, panures ou chips). En effet, non seulement ils sont mégas caloriques, en plus ils contiennent de l’acrylamide, cancérigène avéré.
  • Mangez cinq fois par jour des fruits et légumes, locaux et de saison, et préférentiellement issus de l’agriculture biologique. S’ils sont bien colorés et à maturité, c’est un signe qu’ils sont riches en vitamines et minéraux.

triangle alimentaire

Ecoutez votre corps !

Et puis, ne mangez plus que par faim ou par envie.

Un petit conseil : avant de manger quoi que ce soit, prenez le temps de respirer deux minutes. Lentement, à votre rythme, en gonflant le ventre. Posez-vous ensuite les questions suivantes :

  • Ai-je faim ?
  • Est-ce que je mange par stress, par ennui, par frustration, par colère, par tristesse, par fatigue, par automatisme, par obligation, parce que c’est l’heure, par peur d’avoir faim plus tard ? Il y a des tas d’émotions qui nous poussent à manger. Les identifier pourra vous inciter à trouver d’autres solutions, tels que se promener, jardiner, nettoyer, ranger, lire, prendre un bain…
  • Si je n’avais pas vu cette boîte de chocolat dans mon placard, aurais-je eu envie de manger ? Si c’est le cas, il serait intéressant d’envisager d’autres méthodes de rangement des tentations.

charge mentale repas alimentation consciente

Vous avez conclu que vous mangez par faim réelle ou envie ? Parfait, allez-y. Mais ne faites que ça ! Profitez-en !  Mangez doucement, en mâchant bien et en prenant conscience de toutes les saveurs que vous percevez.

Manger, cela passe par la vue, l’odorat, le toucher, l’ouïe et le goût. Devenez gouteur professionnel !

manger avec ses sens

Vos pendules sont à l’heure ?

Bon, je ne vais pas vous faire un cours complet de psycho-sensorielle, mais je pense que vous avez compris le principe.

Ai-je pu un peu vous guider à travers ces orgies en perpective ?

En résumé :

  • Pas de privation démesurée avant les fêtes
  • Raison et écoute du corps pendant les repas
  • Une nouvelle année à l’écoute de vos besoins, de vos sensations et de vos envies, tout en gardant en tête quelques principes de l’alimentation saine et équilibrée

 

Sur ce, je vous souhaite, chers amis Maniaques, de somptueuses fêtes délicieusement gourmandes !

voeux de Maniaque

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *