Publié dans Les états d'âme de Maman Maniaque, Ordro Maniaque

Spark Joy de Maniaque …

Hello à vous, amis maniaques !

Alors, à moins d’être plongé dans un coma télévisuel profond ou désespérément enseveli sous une énorme pile de vêtements, vous savez que la Papesse Nipponne du rangement a débarqué sur Netflix…

Et, comme beaucoup d’entre vous, j’ai… forcément… succombé.

Voici donc, rien que pour vous,  mon analyse maniaco-subjective de

Tidying Up with Marie Kondo

marie Kondo

Essayons d’abord de comprendre la chose…

Nous voici en présence d’un reality show à l’Américaine (vous savez, ce pays, oserais-je dire, un chouia excessif par moment…) mettant en pratique tous les concepts prônés par une Japonaise (vous savez, le pays du Zen, de l’épuré, du minimalisme…) Marie Kondo dans son celebrissime ouvrage, que je  ne vous présente plus.

En pratique, Netflix vous propose 8 épisodes de 35 minutes, dans lesquels des ménages dépassés par leurs possessions font appel au gourou. La gourou est elle-même accompagnée d’une traductrice, afin de rendre compréhensibles ses leçons de vie.

Amérique/ Japon… Clash de culture assuré ! Ou pas ?

A qui cela s’adresse ?

Faisant partie de l’un ou l’autre groupe « Marie Kondo » sur Facebook, je ne pouvais ignorer que le Tsunami allait assaillir  nos écrans. La communauté se montrait d’ailleurs particulièrement enthousiaste et impatiente à cet égard.

Mais vous, au fond, êtes-vous concernés ?

Voyons cela en profondeur.

Voici quelques profils « types » que je pourrais imaginer intéressés par cette émission :

  • Professionnels de l’organisation et du rangement, en quête d’inspiration professionnelle
  • Personnes qui aiment ranger et adorent mater le bazar des autres
  • Bordéliques qui espèrent trouver la lumière divine à la télé
  • Procrastinateurs en quête d’une bonne excuse
  • Curieux qui s’emmerdent en zappant

Vous ne vous situez pas parmi ces propositions ? Merci d’éclairer mes lanternes… même si votre présence sur ce blog m’incite à croire que vous êtes, comme moi, des voyeurs incorrigibles du bordel des autres.

marie Kondo Netflix

The pitch

Bon, pas grand chose comme suspens, hein, côté pitch.

Le déroulement est toujours parfaitement ordonné dans ce sens :  le ménage en difficulté se présente, Marie Kondo débarque dans sa voiture noire brillante de propreté, toute pimpante et excitée car « Elle adooooore le désordre ».

Toujours toute sourire, elle rencontre la famille, découvre gaiement l’ampleur du soucis (mais ne vous emballez pas trop… généralement il n’y a pas vraiment de quoi fouetter un chat…), se met à genou et fait sa petite « prière » pour se connecter aux quatre murs qui l’entourent.

Marie Kondo rangement

A ce moment-là… Tada ! Gros plan sur les familles, qui essayent de masquer leur embarras en faisant semblant de remercier à leur tour leur baraque.

(Pour votre information, c’est là que Miss Maniaque pouffe de rire… et me lance un « Maman, t’es sérieuse ?! »)

source : NETFLIX

Ensuite les protagonistes sont invités à faire le tri de leurs affaires, avec la fameuse condition :

Est-ce que cela vous procure de la joie ?

Joy or no joy, that is the question…

Cette question de la joie, centrale dans le bouquin,  j’ai l’impression que cela a souvent volontairement été grossièrement survolé,  afin de maintenir l’attention (et la confiance) des spectateurs. Et, pour être franche avec vous, heureusement…  je trouve, car c’est pas trop ma tasse de thé.

Je préfère de loin les questions du genre « Est-ce pratique ?  » « En bon état ? » « En double ? » etc… Mais ça doit être mon caractère cartésien à l’extrême qui parle. Père, pardonnez-moi… je ne sais pas ce que je dis.

Par contre, certaines des candidates ont, semble-t-il,  réellement ressenti cette étincelle électrique au contact de certains objets.

Personnellement, j’ai toujours des décharges en contact avec la laine, mais c’est tout bêtement parce que je supporte pas ce tissus… Dois-je le garder ?

Soit.

Mais, pourquoi cette notion de joie, me direz-vous ? Et bien, c’est éducatif ! C’est fait pour vous apprendre à ne vous entourer que de choses qui vous rendent heureux.

Parce que c’est bien connu que les objets, ça rend heureux…

Et c’est pas Ikea qui vous dira le contraire.

Source : IKEA.com

Tri

Pour le grand tri, Marie Kondo ne jurant que par le tri par catégories (et non par pièce), il faut  suivre l’ordre précis suivant :

  1. Les fringues : chacun sort tout des placards et entasse les vêtements sur le lit. Plus le tas est haut, plus la confrontation à la dure réalité est forte.
  2. Les livres. Ici, Miss Kondo tapote les livres pour les réveiller…
  3. La paperasse. Pas grand chose à dire à ce sujet. D’ailleurs c’est de toute évidence pas très sexy, car c’est généralement survolé dans le show
  4. Les fameux « KOMONO »: les divers de cuisine, du garage etc
  5. Les objets sentimentaux

Car oui, l’ordre a son importance. Si on le suit à la lettre, on apprend à ressentir de mieux en mieux la joie. Bon, chez moi c’est déjà mal barre car je n’ai absolument pas de rapport de « joie » avec mes fringues. Mais bon, on m’a toujours traitée de bobonne. La joie pour moi, c’est chaud et confortable. Par contre, c’est par forcément esthétique. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre…

Alors attention, hein, Sainte Marie, elle est gentille hein… Elle a même autorisé une des clientes à inverser les catégories. Trop cool, la nana.

Pour pimenter la sauce, tout ceci est, of course, parsemé, ici et là, de conseils de pliage et classification.

source : Netflix

Pourquoi j’aime

Soyons tout à fait clair…  je suis une personne qui adore ranger et surtout mater le bazar des autres. C’est donc forcément le genre d’émission qui m’attire. Et même si je lisais une mauvaise critique sur cette émission, je la regarderais quand même.

Au même titre que les « Consumed » ou « Hoarders », par ailleurs …

Tout en essayant de me convaincre que tout ceci n’a pas été savamment orchestré par Monsieur (ou madame) Netflix, je m’éclate donc à regarder comment les gens vivent et s’organisent et à m’imaginer comment je ferais à leur place…

L’orgasme télévisuel ultime étant, of course,  le avant/ après qui va définitivement transformer la vie des protagonistes…

De quoi me donner envie de me lever de mon canapé, pour trier un tiroir… Et puis de faire un peu de pub pour que ce soit moi, la Marie Kondo du Brabant Wallon… Ou de Belgique, tiens. Voyons grand.

Très positif, en soi, me direz-vous. Au moins ainsi, je ne finis pas mon ravier de pop-corn.

Pourquoi j’aime pas

Par contre, vous risquez (encore) de me trouver mauvaise langue, mais mon cynisme naturel me souffle continuellement des vilaines choses à l’oreille…

Car, soyons franche, c’est pas un peu, mais c’est très cliché

C’est pas un peu, mais c’est vachement formaté

Pourquoi ? Et bien parce que les producteurs ont tout parfaitement calculé pour avoir un programme méga mielleux, méga complet, et politiquement irréprochable. Jugez par vous-même :

  • La petite famille « white » modèle : papa, maman, deux enfants en bas âge
  • Le couple gay masculin
  • Le couple gay féminin
  • La famille afro artiste
  • Les japonais retraités (tiens tiens qui rencontrent une star japonaise…coïncidence ? )
  • La veuve épleurée
  • Les futurs parents stressés

Ok ok vous allez me dire : ben oui c’est pour montrer que sa magie opère dans toutes les situations.

Je sais, j’ai lu le nom des épisodes. Ils portent tous des noms très concrets, un peu comme si vous cherchiez un mode d’emploi à appliquer chez vous : appartement trop petit, oiseaux qui ont quitté le nid etc… Le tout arrosé du strict minimum de psychologique, pour faire plus vrai que vrai.

Source : Netflix

Travail des enfants ?

Mais là où ça m’agace vraiment, c’est quand on mèle les enfants de la Konmarie à la chose. Ces pauv’ gamines, ont-elles demandé d’être dans cette émission ?

Pour moi, ce n’est que du sensationnalisme « cheap » visant à montrer la papesse comme une « fille comme toutes les autres ».

Désolée, mais quand on n’est pas une fille comme toutes les autres… autant l’assumer, non ?

source Netflix

Bref, ça m’agace.

In fine, je me suis endormie à plusieurs reprises en essayant de regarder la série au bout. Heureusement qu’il n’y a que 8 épisodes… A moins qu’ils récidivent.

Help.

Conclusion

Pour conclure, pour ceux qui connaissent le bouquin, cette émission tant attendue me semble un peu surfaite et peu instructive. Une lecture du livre incite en effet beaucoup plus à l’action que le fait de voir des familles comparer leurs tas de chaussettes respectives.

En ce qui concerne la méthode en soi, au même titre que Dominique Loreau, elle fait envisager le rangement comme tellement plus qu’une tâche, qu’un fardeau. Et c’est là son véritable attrait.

Le rangement devient une thérapie, une source du bien-être, du même ordre que la méditation.

Faire le vide autour de soi pour faire le vide en soi, se ressourcer, se retrouver.

Rien que pour cela, je vous recommande un épisode. Mais pas plus.

Minimalisme obligé.

Et si vous désirez une étude comparative profondément scientifique des méthodes de rangement, relisez cet article 😉 

Sur ce, à bientôt chez la famille Maniaque !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.